"2147, et si l'Afrique disparaissait?", Montre Touré et Gallotta dansant sur la musique de …

      Commentaires fermés sur "2147, et si l'Afrique disparaissait?", Montre Touré et Gallotta dansant sur la musique de …

Une figure brute et cynique. 2147. Une date dérivée de la statistique, ridicule par sa précision administrative. En réponse à cette prévision brutale de l'ONU basée sur les prévisions de croissance, le réalisateur Moïse Touré décide de réagir avec un premier spectacle créé à Bamako en 2005 avec le chorégraphe Jean-Claude Gallotta. "2147, Afrique" a donné la parole au premier concerné: les Africains.

Rapport France 3 Alpes D. Borrelly / F. Ceroni / H. Cadet-Petit / S. Villatte

2147 était insupportable pour moi car il ne parle pas de l'humain. Cela parle presque de la fin de l'humain, parce que nous ne serons pas là. Il appelle quelque chose qui nie notre humanité.

Moïse Touré, réalisateur

Treize ans plus tard, le réalisateur grenoblois donne la parole à des artistes africains, nouvelle réponse poétique à cette échéance fatidique. "Dans la première partie, créée en 2005, j’évoquais le développement très lent de l’Afrique et ce qui me hante aujourd’hui, c’est le spectre de sa disparition", explique-t-il.

Un spectacle sérieux et heureux

Originaire de Côte d'Ivoire, Moses Touré est arrivé enfant, sous la neige, à Grenoble. Éveillé au théâtre par sa famille adoptive, il crée en 1984 la Compagnie "Les Inacheves". Il remet en question notre relation avec l'humanité depuis 30 ans. Le réalisateur a convoqué cette fois des philosophes, des poètes, des danseurs et des musiciens africains, dont la chanteuse malienne Rokia Traoré. Comme le précédent, le spectacle mélange mots, danse et chansons.

La direction que j'ai donnée aux artistes qui m'entourent pour ce projet est la question de l'humanité. Comment regardons-nous notre humanité, comment la sauvons-nous? Je leur ai demandé de répondre à cette question.

Moïse Touré, réalisateur

Face à la mondialisation et au déséquilibre nord-sud, le directeur estime que les douleurs de l’Afrique nous concernent tous. "C’est un spectacle sérieux car c’est l’état de nos sentiments, c’est la question de savoir qui nous sommes dans le monde globalisé d’aujourd’hui". Quel est notre point de vue? "Mais en même temps, nous sommes heureux, car nous pouvons toujours en parler, nous pouvons encore discuter, nous pouvons toujours faire du théâtre."

Après une année de tournée saluée par le public et les critiques "2147, et si l’Afrique disparaissait?" sera programmé en 2020 à Paris et à Perpignan.