Afrique centrale: investir dans le capital humain pour développer l'économie rurale

      Commentaires fermés sur Afrique centrale: investir dans le capital humain pour développer l'économie rurale

Sur le thème "Libérer le potentiel des économies rurales par des investissements dans le développement des compétences et de l'employabilité dans le secteur agricole", le forum se veut un forum de partage, de partage et de valorisation des expériences. Ce sera également un cadre de réflexion sur de nouvelles orientations pour une politique améliorée en matière de travail décent dans les zones rurales.

En effet, compte tenu du potentiel de l'Afrique centrale, tant en termes de terres arables que de capital humain majoritairement jeune, le développement des compétences en agriculture constitue, à l'heure de la diversification économique, un levier pour stimuler la croissance et la création d'emplois des jeunes, notamment ceux des zones rurales engagés dans des activités liées au secteur agricole.

En tant que source de revenus pour la population rurale de la sous-région, ce secteur, qui représente une part importante du produit intérieur brut de 4 et 50%, suscite de plus en plus d'inquiétude pour les États. D'où l'intérêt des pays de la région de prendre en compte la formulation de politiques, de programmes et de plans d'investissement visant à promouvoir la création d'emplois au profit des jeunes ruraux.

L’objectif à travers ces politiques et programmes promus par la Banque africaine de développement (BAD) est d’améliorer la situation des jeunes des zones rurales très souvent exposés au chômage, au sous-emploi et au manque de compétences, à une amélioration utile de la productivité agricole et de l’économie rurale.

"Les pays de la sous-région de l'Afrique centrale, comme la plupart des pays africains, ont une population caractérisée par leur jeunesse. Ce dividende démographique offre une occasion unique de faire progresser les économies rurales et de façonner le processus de transformation rurale.", dit la BAD.

Selon l'institution, cette situation ne favorise pas les investissements qui doivent développer l'agriculture et l'agro-industrie, des liens essentiels pour assurer l'autosuffisance alimentaire et réduire les importations de produits de base. Pour ce faire, il est essentiel que les jeunes (femmes et hommes) impliqués dans les économies rurales de la sous-région deviennent des catalyseurs de la croissance inclusive du développement. Une transformation qui ne sera possible qu'avec les conseils et l'appui appropriés des États, des acteurs privés et des partenaires, grâce à la mise en place de mesures et d'approches multisectorielles efficaces et pertinentes.

Promouvoir le travail décent pour les jeunes dans l'économie rurale

C’est dans ce contexte que le forum de Brazzaville est, selon les deux institutions, chargé d’approfondir les discussions sur les initiatives en cours aux niveaux mondial, sous-régional et national. L’objectif est de définir les mécanismes stratégiques et novateurs efficaces et intégrateurs pour la formulation d’initiatives efficaces de promotion du travail décent pour les jeunes dans l’économie rurale.

Ce forum fournira, en fonction des résultats escomptés, l’occasion aux partenaires sociaux ainsi qu’aux ministères des secteurs de renforcer leurs stratégies pour améliorer l’employabilité des jeunes du secteur agricole. Ceci, grâce à la création d’un écosystème favorable au développement endogène et à l’autonomisation économique des communautés rurales.

Ce sera également l'occasion d'avoir des outils pour faciliter une meilleure planification et l'identification d'approches efficaces d'investissement pour la promotion de l'emploi rural, l'identification d'activités d'emploi productives dans l'agriculture et l'économie rurale, et pour assurer un meilleur soutien aux entreprises et aux jeunes du secteur. .

"Pour améliorer les compétences et l'employabilité, nous devons agir pour anticiper les besoins des compétences futures et des professions connexes, en accordant une attention particulière aux emplois innovants et aux emplois verts, afin de mieux aligner l'offre de formation sur l'évolution du marché du travail. Cela permet de disposer d'une main-d'œuvre qualifiée, potentiellement jeune, adaptée aux besoins de la production, de la transformation et de l'exportation de produits locaux, ce qui induira une augmentation des revenus dans les communes rurales "spécifie l'institution organisatrice du forum.