AFRIQUE: La BAD investit 25 millions de dollars dans l'ARPF et plaide pour les énergies renouvelables

      Commentaires fermés sur AFRIQUE: La BAD investit 25 millions de dollars dans l'ARPF et plaide pour les énergies renouvelables

Le Fonds pour l'énergie renouvelable en Afrique (ARPF), un fonds d'investissement dédié à la production d'énergie renouvelable en Afrique subsaharienne, recevra de nouveaux fonds. Les fonds proviennent de la Banque africaine de développement (BAD). Son conseil d'administration s'est réuni récemment et a validé une participation de 25 millions de dollars dans l'ARPF.

Selon l’institution financière panafricaine, l’ARPF devrait ajouter cet argent à son budget de 250 millions de dollars. Ces fonds sont destinés à financer "entre 10 et 15 projets d'énergie renouvelable". Ceux-ci comprennent les énergies solaire, éolienne, hydroélectrique de petite et moyenne taille, géothermique et biomasse.

Soutien aux producteurs privés d'électricité

"L'ARPF élargira le pool de projets énergétiques bancables en Afrique, complétera et approfondira le travail de la BAD dans ce domaine critique. C'est vital pour la croissance économique et la transition vers une réduction des émissions de carbone sur le continent", a déclaré Amadou Hott, vice-président de la BAD. Dans les pays africains, ce fonds privé sélectionne des projets prioritaires pouvant influer sur le développement local. Les projets sélectionnés appartiennent à des producteurs d’électricité privés (IPP). Ces projets peuvent être pour le réseau ou simplement hors réseau pour les communautés ou les entreprises.

En Afrique de l’Ouest, ARPF a investi dans six petits projets solaires développés par Azimuth au Ghana; 1 MW est déjà opérationnel. L'électricité est destinée à alimenter les centres commerciaux. Dans le même pays, il a investi dans un projet de biomasse d'eucalyptus développé par la société norvégienne Africa Plantations pour le développement durable (APSD) à 400 km au nord d'Accra, la capitale. Cette centrale est déjà en exploitation et développe une capacité de 60 MW.

En Afrique de l’Est, en particulier en Ouganda, ARPF a aidé Berkeley Energy à réaliser son projet hydroélectrique de 16 MW à Kikagati, à la frontière tanzanienne. L'énergie produite est vendue aux deux pays. Au-delà du développement local, la BAD souhaite mettre l’accent sur la protection de l’environnement. "La Banque veillera également à ce que les normes environnementales et sociales, ainsi que les considérations relatives au changement climatique et à l'égalité des sexes, soient appliquées aux projets", a-t-elle promis. ARPF a déjà investi pour la production de 533 MW en Afrique subsaharienne.

Jean Marie Takouleu