Avec "Ciné Bala", l'Afrique fait son cinéma à Chambéry

      Commentaires fermés sur Avec "Ciné Bala", l'Afrique fait son cinéma à Chambéry
Ce n’est ni un blockbuster américain ni une comédie française qui ont choisi de venir voir quelque 300 spectateurs. Leur curiosité était centrée sur un petit film kenyan, Supa Modo.

Fasciné par les films d’action, par Bruce Lee et Jackie Chan, Jo, 9 ans, rêve de devenir une super-héroïne. Mais la fille a une maladie incurable. Sa mère et sa sœur décident de la ramener à la maison et tout son village l'aidera à développer ses super pouvoirs.

Le jeune réalisateur Likarion Wainaina eu le déclic de cette histoire après avoir rencontré des enfants malades qui avaient un désir incroyable de vivre.

"Nous, les adultes, pensons inévitablement à la mort, les enfants glorifient leur vie. Ils m'ont donné cette force. Je voulais leur rendre hommage en racontant une histoire sur la vie avec certes ce triste fond de maladie mais avec humour, joie! En fait, mon film parle des relations humaines et de l'importance de savoir que vous êtes en vie! "

Présenté à Ciné Bala Chambery Le film de Likarion Wainaina a été primé à Berlin, Durban et Carthage et a reçu un accueil chaleureux au Japon et en Australie.

Ciné Bala à Chambéry
Intervenants: Iara Lee, directrice de Likarion Wainaina au Kenya
La réalisatrice coréo-brésilienne Claire Diao Journaliste et directrice de la distribution dans les districts éloignés
Rapport: D. Borrelly, F. Ceroni, S. Dumaine, L. Di Bin

Un autre film kenyan, sélectionné à Cannes et présenté dimanche au Ciné Bala, Rafiki raconte une histoire d'amour entre deux adolescentes. Son interdiction au Kenya rappelle la fragilité du cinéma indépendant africain.

"Il est difficile d’éditer des vidéos, pas seulement de manière économique. Il y a encore des thèmes tabous dont on ne peut pas parler au Kenya sans craindre d'être poursuivis … Mais petit à petit, nous avançons. Avec un petit groupe de réalisateurs, nous essayons de déplacer les lignes! "

Documentaires sur l'engagement

Ciné Bala présente également des documentaires. En 2014, la réalisatrice Iara Li arrive au Burkina Faso en pleine révolte.

27 ans après l'assassinat du président Thomas Sankara, figure révolutionnaire emblématique de l'Afrique, la jeunesse burkinabé a poursuivi son successeur, le dictateur Blaise Compaoré. Burkinabé en hausse témoigne de l'engagement civique et artistique de ce peuple.

Le programme "Zones lointaines" lui permet aux jeunes cinéastes africains mais aussi français d'origine africaine de faire des courts métrages sur des thèmes de société tels que l'identité, la famille ou l'image de soi. Ce support leur donne une réelle visibilité.

Dernière pépite cette année, venant du Swaziland, Liyana présente cinq enfants dans une demi-animation de demi-documentaire. Le favori du festival.