Conférence internationale de solidarité avec la lutte du peuple sahraoui en Afrique du Sud en …

      Commentaires fermés sur Conférence internationale de solidarité avec la lutte du peuple sahraoui en Afrique du Sud en …

Pretoria16 février 2019 (SPS) La ministre sud-africaine des Relations internationales et de la Coopération, Lindiwe Sisulu, a annoncé que son pays organiserait une conférence internationale de l'Organisation pour le développement de l'Afrique, les 25 et 26 mars. (SADC): solidarité avec le Sahara occidental et soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance et à l'autodétermination.

Dans une allocution devant le Parlement sud-africain, Sisulu a déclaré que "la conférence, qui se tiendra les 25 et 26 mars en Afrique du Sud, serait une étape importante pour mobiliser et soutenir le peuple sahraoui dans sa lutte pour son indépendance".

Dans ce contexte, la diplomate sud-africaine a souligné que son pays resterait "attaché à sa position de principe en faveur du droit inaliénable du peuple sahraoui à l'autodétermination et à l'indépendance", rappelant que "la position ferme" de son pays sur les décisions de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), de l'Union africaine (UA) et des Nations Unies sur la question du Sahara occidental.

La SADC a tenu une réunion le 6 février pour discuter de l'ordre du jour du sommet de l'UA et préparer la conférence de soutien à la République arabe sahraouie démocratique (RASD), qui sera une occasion de mobilisation en faveur de la cause sahraouie, de son renforcement au niveaux internationaux.

La SADC invitera plusieurs pays, dirigés par la RASD, à participer à cette conférence internationale. Les résolutions de cette conférence seront présentées à la Commission de l'UA.

La Communauté de développement de l'Afrique du Sud (SADC) compte 16 États membres: Afrique du Sud, Angola, Botswana, Comores, Lesotho, Madagascar, Malawi, Mozambique, Swaziland, Tanzanie, Zambie, Zimbabwe, Namibie, République démocratique du Congo et Seychelles. .

Le sommet de l'UA, qui s'est achevé lundi dernier à Addis-Abeba, a été l'occasion pour l'organisation panafricaine de réaffirmer le soutien et l'engagement de ses États membres en faveur de la résolution de ce conflit, qui dure depuis trop longtemps.

Le commissaire à la paix et à la sécurité de l'Union africaine, Smail Chergui, a souligné à cette occasion l'importance du soutien de l'Union africaine aux efforts déployés par l'ONU pour résoudre le conflit au Sahara occidental, notant la "coopération constructive", Envoyé personnel du secrétaire de l'ONU -Général avec l'Union africaine.

De son côté, le ministre des Affaires étrangères, Mohamed Salem Ould Salek, a déclaré qu'au cours du sommet, l'UA avait montré une "grande importance" au règlement du conflit entre la RASD et le Maroc.

Lors de la séance de clôture, Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l'UA, a déclaré: "Des travaux sont en cours pour établir une feuille de route pour la troïka créée lors du sommet de Nouakchott afin de refléter les décisions de l'Union visant à résoudre le conflit sur le terrain entre les deux États membres de l'UE, et contribuer aux efforts actuels des Nations Unies dirigés par le Secrétaire général et son Envoyé personnel pour la décolonisation du Sahara occidental, la dernière colonie d'Afrique ".

L’Afrique du Sud, par l’intermédiaire de son ministre des Affaires étrangères, a également renouvelé son engagement de continuer à défendre le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et à l’indépendance.

Le chef de la diplomatie sud-africaine a déclaré mercredi dans un discours devant le parlement que la question du Sahara occidental était une question de décolonisation, soulignant la nécessité absolue d'organiser un référendum d'autodétermination pour le peuple sahraoui. (SPS)

020/090/700