Côte d'Ivoire – Noix de cajou: le gouvernement réduit les prix à la production de 25%

      Commentaires fermés sur Côte d'Ivoire – Noix de cajou: le gouvernement réduit les prix à la production de 25%

Face à une situation économique mondiale défavorable et si le secteur n’a pas développé la capacité de transformation locale pour maintenir ses revenus, le secteur ivoirien du cajou est confronté à une crise sans précédent. Pour tenter de le freiner, le gouvernement a décidé de réduire le prix à la production du quart.


La campagne de commercialisation des noix de cajou 2019, qui commence le 15 février, montre une baisse du prix à la production de 500 FCFA / kg en 2018 à 375 FCFA / kg, soit une baisse de 25%. La baisse des prix au planteur ivoirien tient compte de la situation internationale actuelle, dans laquelle les noix se négocient à 1 dollar le kilo.


>>> LIRE – Agroalimentaire: la noix de cajou ivoirienne, un secteur en crise


La campagne passée a été parsemée de nombreuses difficultés pour les producteurs, qui n’ont pas ne pouvait pas vendre la récolte entière, par manque d’acheteurs. En particulier, les lourdes taxes en Côte d’Ivoire, combinées à la forte baisse des prix mondiaux. Dans le même temps, le niveau de production en Côte d'Ivoire ne s'est pas adapté à cette situation, atteignant 761 331 tonnes en 2018, contre 711 236 tonnes en 2017. Conséquence immédiate: une baisse des revenus, qui a atteint 404 milliards de FCFA francs en 2018, contre 509 milliards de FCFA en 2017.

Dépendance à l'exportation de noix brutes

En outre, la Côte d’Ivoire reste dépendante des exportations de fruits à coque bruts, avec 642 648 tonnes exportées, malgré la création de 24 unités industrielles dans le pays.

"La transformation locale a augmenté de 50%, avec 66 000 tonnes. Toutefois, l'objectif du gouvernement d'atteindre un taux de transformation d'au moins 50% de la production est encore loin d'être atteint", a déclaré Sidi Touré, ministre de la Communication et des Médias, porte-parole du gouvernement, après le Conseil des ministres de ce mercredi 6 février, au cours duquel Mamadou Sangafowa Coulibaly, ministre de l'Agriculture et du Développement rural, a annoncé la baisse du prix au producteur.

Dans le cadre de plusieurs campagnes, le gouvernement a mis en place des incitations à la transformation locale, notamment une subvention de 400 FCFA / kg à l'industrie. Mais ces dispositifs n’empêchent pas les transformateurs de préférer exporter vers l’Inde ou le Vietnam, où les coûts de production sont faibles par rapport à la Côte d’ivoire.


>>> LIRE – Côte d'Ivoire: Aboubacar Bakayoko, roi des noix anacardier