Côte d’Ivoire: un ex-chef rebelle revient

0
4

Un ex-chef rebelle ivoirien, qui avait pris le contrôle de Bouaké, la deuxième ville du pays, au temps de la crise des années 2000, Tuo Fozié, va y être réaffecté comme préfet, selon un communiqué gouvernemental.

Ce décret, pris le 6 août par le conseil des ministres, a été publié par le quotidien gouvernemental Fraternité Matin dans son édition de samedi-dimanche.

Tuo Fozié a été le premier visage connu de la rébellion ivoirienne, qui a pris le contrôle de la moitié nord de la Côte d’Ivoire après un coup d’Etat raté en 2002, et jusqu’en 2010.

A l’époque adjudant dans l’armée régulière, les Forces armées nationales de Côte d’Ivoire (FANCI), « c’est lui qui avait signé le premier cessez-le-feu à Lomé (entre les protagonistes de la crise) sous l’égide de l’ex-président togolais, feu Gnassingbé Eyadema », a rappelé à l’AFP l’un de ses collaborateurs qui a requis l’anonymat.

Selon une source militaire, Tuo Fozié « a été nommé préfet de région et préfet du département de Bouaké parce qu’il est militaire et connaît bien la région », toujours agitée. 

Bouaké, qui abrite plusieurs bases militaires, a été l’épicentre de plusieurs mutineries dans l’armée en 2017, et la ville est toujours considérée comme le fief des ex-rebelles.

Tuo Fozié a été directeur général de la police et de la gendarmerie des ex-Forces Nouvelles (l’appellation des rebelles). Après la fin de la crise en 2011, il avait été nommé préfet de région de Bouna (nord).

« D’ici peu, vous verrez qu’il réussira à mettre de l’ordre à Bouaké. Le président de la République ne l’a pas envoyé ici pour rien », a soutenu un soldat affirmant avoir déjà travaillé sous ses ordres pendant la rébellion, sous couvert d’anonymat.

La date de sa prise de fonction n’a pas été précisée.

Laisser un commentaire