Économie: le modèle de Sankara revisité

      Commentaires fermés sur Économie: le modèle de Sankara revisité

L'écrivain Bruno Jaffré a animé une conférence sur la politique économique du Burkina Faso sous la révolution de 1983. C'était ce 16 février 2019 à l'Institut panafricain pour le développement, Afrique de l'Ouest et Sahel.

Bruno Jaffré

Dans le choix économique de Thomas Sankara, il avait développé une économie égocentrique. Cette économie reposait sur la richesse nationale telle que le coton, le sésame, le karité, la peau et l’or.
"L'économie burkinabé de la 83ème révolution était une économie d'autosuffisance pour les agriculteurs et une économie organisée pour les exportations", a déclaré Bruno Jaffré.

Lors de la conférence, le public a redécouvert les efforts de Thomas Sankara pour développer une économie forte basée sur la richesse nationale.
Il appartenait au leader de la révolution de construire une économie nationale, c’est-à-dire de veiller à ce que les produits locaux soient transformés et consommés au niveau national. Dans le cas du coton, par exemple, c'était pour le produire, pour le transformer en finition des vêtements. Cela a permis de "ne pas être soumis à la spéculation internationale car le coton a toujours été un instrument de spéculation".

Cette chaîne de production, de transformation et de consommation locale a également permis de créer des emplois et des opportunités pour les agriculteurs en leur donnant confiance avec des prix stabilisés.

L'auteur souligne que des efforts ont été déployés pour développer les unités industrielles de traitement des gerbes appelées SOFIB à l'époque. Et ces efforts ont permis de passer de 70 000 tonnes de coton produites en 1983 à 120 000 tonnes en 1987. «Nous sommes riches de notre propre force», était la pensée du leader de la révolution de 1983.

Bruno Jaffré pense qu'il serait difficile pour le Burkina Faso de trouver ce type d'économie. "Il existe certainement des possibilités de mobiliser les forces nationales et de baser l'économie sur la production et la consommation nationales de produits nationaux. Ce sont des choses qui peuvent être reproduites, mais la difficulté est que tous les dirigeants du pays ne sont pas à la hauteur de Thomas Sankara.

Pour réussir dans une bonne économie, vous avez besoin de dirigeants engagés. L’écrivain pense que Thomas Sankara est une personnalité qui a beaucoup contribué au développement de ce pays.

Nafisiatou Vebama
Infowakat.net