Élections en RDC : l’Union africaine met la pression

      Commentaires fermés sur Élections en RDC : l’Union africaine met la pression

« L’Afrique a les regards braqués vers vous. » Le chef des observateurs électoraux de l’Union africaine (UA), le Malien Dioncounda Traoré, a prononcé cette phrase à l’issue d’une rencontre avec les acteurs de la présidentielle en République démocratique du Congo à quelques jours de la proclamation des résultats provisoires.

L’UA attend des résultats « conformes à la volonté des électeurs »

Plus tôt dans la journée, lors de sa déclaration préliminaire, l’ancien chef de l’État de la transition malienne a déclaré que la mission d’observation électorale de l’Union africaine (MOEUA)
« souhaite fortement que les résultats qui seront proclamés soient conformes au vote du peuple congolais ». « Faites en sorte que nous ne soyons pas déçus », a insisté le chef de la MOEUA après les longues heures d’échanges. « Nous les avons mis devant leur responsabilité », a poursuivi devant la presse Dioncounda Traoré, entouré des candidats Tshisekedi et Fayulu et du représentant du dauphin de Joseph Kabila pour le parti au pouvoir.

Cette réunion intervient au moment où la République démocratique du Congo attend les résultats provisoires de l’élection présidentielle de dimanche dernier. Ils doivent être proclamés par la commission électorale nationale indépendante (Ceni) au plus tard le dimanche 6 janvier. Aucun ordre du jour n’a été précisé à la presse pour cette réunion en présence d’observateurs de l’Union africaine (UA) et de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC).

Défis organisationnels, politiques et sécuritaires

L’élection présidentielle doit désigner le successeur du président Joseph Kabila, contraint de ne pas briguer un troisième mandat, interdit par la Constitution. C’est la première fois dans l’histoire du Congo qu’un président se résigne à quitter le pouvoir sans être chassé par la force. Les élections présidentielle, législatives et provinciales de dimanche en RDC se sont déroulées dans un « climat apaisé et serein, malgré les ingérences et tous les défis organisationnels, politiques et sécuritaires », estime l’UA.

Mais « le dysfonctionnement de la machine à voter (écran tactile permettant de choisir son candidat, NDLR), la disponibilité tardive des listes électorales et des formulaires de procès-verbaux de dépouillement et des résultats ont affecté le bon déroulement des opérations dans certains bureaux de vote dans les villes de Kinshasa et Kalemie », poursuit l’organisation.

« L’affichage des listes électorales à l’entrée des bureaux de vote n’a pas été systématique, indique l’UA. La suppression de plusieurs bureaux de vote à Kinshasa a entraîné l’augmentation du nombre d’électeurs dans les bureaux existants. L’insuffisance de communication sur cette question a entravé la localisation des bureaux par les électeurs réaffectés. » L’UA estime néanmoins que la tenue de ces élections, trois fois reportées, « constitue en soi une première grande victoire du peuple congolais ».

La Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) a également observé que les élections « ont été relativement bien gérées » et que « le processus électoral s’est relativement bien déroulé, permettant à la majorité du peuple congolais d’exercer son droit de vote ». Avec ses 73 observateurs dans 16 provinces sur 26, la SADC a constaté que « 59 % des bureaux de vote » qu’elle a observés « ont ouvert à l’heure ». « En moyenne, les autres ont ouvert avec un retard de quarante-cinq minutes à cinq heures. »

Les scrutins ont été organisés sur l’ensemble de la RDC, hormis les territoires de Beni, Butembo (est) et Yumbi (ouest), où ils ont été reportés officiellement pour des raisons sanitaires et sécuritaires. Lundi, la mission d’observation électorale de la puissante Église catholique, qui affirme avoir déployé près de 40 000 observateurs, a fait part d’anomalies dans le déroulement du dépouillement. La commission électorale a indiqué qu’elle publierait les résultats provisoires au plus tard dimanche 6 janvier.