La CEA et la CEEAC appuient l’Afrique centrale pour la mise en œuvre de son programme de …

      Commentaires fermés sur La CEA et la CEEAC appuient l’Afrique centrale pour la mise en œuvre de son programme de …

(Le Nouveau Gabon) – La Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), à travers son Bureau sous-régional pour l’Afrique centrale, et la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), viennent d’organiser une réunion du Mécanisme de coordination sous-régional (MCSR) à Libreville.

L’objectif visé par ces deux institutions est d’ajuster leurs efforts en vue d’apporter un soutien au développement durable de l’Afrique centrale, de manière plus coordonnée, efficace et opérante.

Cette rencontre qui a regroupé une cinquantaine de représentants et d’experts des organes des Nations Unies, du Secrétariat général de la CEEAC et de ses structures spécialisées, de la Commission de la Cemac et de ses organes spécialisés, ainsi que d’autres organisations clés de développement, et la Banque africaine de développement (BAD), s’inscrivait dans le cadre de la neuvième session du Mécanisme sous-régional de coordination de l’appui du système des Nations Unies à l’Union africaine et à son programme du NEPAD en Afrique Centrale (MSRC-AC).

Selon le Directeur du bureau sous-régional pour l’Afrique centrale de la CEA, Antonio Pedro : « La vulnérabilité aux chocs externes qui caractérise les Etats de l’Afrique centrale, provient de leur manque de diversification et donc de leur dépendance dans un nombre limité de produits à l’exportation. Et cela, nous devons travailler ensemble à la corriger si nous voulons briser pour de bon la menace de nous retrouver de façon récurrente sous des programmes d’ajustement.»

Raison pour laquelle, le Programme commun indicatif (PCI III) qui vient après les deux précédents PCI ayant connu des difficultés de mise en œuvre, en raison de leur nature fragmentée, organise une collaboration à une plus large échelle (niveau de résultats), autour des programmes existants, sur la base de points communs clairement identifiés au niveau des programmes et de champions désignés pour conduire un travail conjoint.

D’où le vœu émis par le Secrétaire général adjoint de la CEEAC, Marie Thérèse Chantal Mfoula, « de voir les propositions novatrices issues de deux jours de concertation, d’améliorer l’efficacité de l’intervention de nos partenaires et de nos institutions spécialisées sur le terrain ».

A l’issue de cette réunion, le projet du PCI III pour la période 2018-2023 a été adopté en même temps que les recommandations pour sa mise œuvre et son suivi qui ont également été élaborées.

Stéphane Billé

.