La migration au centre des débats de la 3ème édition du Forum africain pour la résilience organisée …

      Commentaires fermés sur La migration au centre des débats de la 3ème édition du Forum africain pour la résilience organisée …

"L'avenir de la jeunesse africaine ne se trouve pas au fond de la mer Méditerranée; il se trouve ici sur le continent", a déclaré Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement (www.AfDB.org).

"Un autre regard sur la migration est non seulement possible, mais nécessaire", a déclaré Sibry Tapsoba, directrice du bureau de coordination des États en transition.

Peut-on vraiment parler de crise migratoire? L'Europe est-elle menacée par une invasion migratoire africaine? Que peuvent apporter les migrations vers les pays de départ, de transit et de destination?

Ces questions et d'autres seront débattues par les participants à la troisième édition du Forum africain pour la résilience (FAR) organisé par la Banque africaine de développement les 4, 5 et 6 mars 2019 à Abidjan, en Côte d'Ivoire. le thème "Fragilité, migration et résilience".

Le forum débutera lundi 4 mars après-midi dans l'amphithéâtre Babacar Ndiaye, au siège de la Banque africaine de développement, par une session d'échanges de haut niveau sur les questions de migration entre les chefs de gouvernement de plusieurs pays. responsable de ce portefeuille ainsi que des responsables d’institutions spécialisées.

Ensemble, décideurs, représentants d'organisations internationales, chercheurs, personnalités de la société civile et hommes d'affaires examineront les problèmes des mouvements migratoires en relation avec la fragilité et la résilience.

En 2016, des chiffres du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) ont indiqué que 65 millions de personnes ont été contraintes de quitter leur lieu de résidence habituel.

Le Forum africain pour la résilience 2019 examinera les défis de la migration tels que la sécurité, le chômage des jeunes, les questions de genre, les effets du changement climatique.

Débats directs, sans tabou ni à priori

Une séance plénière spécifiquement consacrée aux "solutions innovantes dans le domaine de la migration", y compris financière, mettra en lumière le fait que la pauvreté et le manque d'opportunités d'emploi deviennent de puissants vecteurs de migration et d'instabilité.

Le triptyque "Migration-Sécurité-Développement" sera au cœur des débats d'une autre séance plénière au cours de laquelle les participants examineront le trafic de migrants et l'impact du renforcement des contrôles aux frontières afin de vaincre certaines idées fausses sur la migration.

Plate-forme unique d’échanges et de débats, le Forum, organisé par le Bureau de coordination des pays en transition de la Banque africaine de développement (EADS), avec le soutien de la Direction du développement et de la coopération (DDC), discutera également en plénière et en parallèle. les immenses opportunités offertes par la migration pour les pays de départ, de transit et de destination.

"Nous voulons des échanges directs sans tabous, ni a priori sur la migration. Nous espérons que les participants discuteront librement des défis et des opportunités posés par les mouvements migratoires. Nous attendons en fin de compte l'identification des meilleures initiatives pour lutter contre la résilience grâce à des réponses adéquates aux défis de la migration ", a déclaré Sibry Tapsoba, directrice de RDTS.

Les mouvements migratoires sur le continent africain seront discutés lors d'une session parallèle intitulée "Défis et politiques de la migration intra-africaine", tandis qu'un autre atelier parallèle sera consacré à "Changement climatique, migration et renforcement de la résilience".

Outil innovant, flexible et efficace

Les débats de la troisième édition du Forum bénéficieront de la contribution du nouveau Outil d'évaluation de la résilience et de la fragilité des pays (ERFP) (https://bit.ly/2GeJaLn) qui prend en compte la notion de pressions internes et externes subies par le pays et celle de capacités à se développer pour y faire face.

Pour la première fois dans l'histoire des outils d'évaluation de la fragilité et de la résilience, l'ERFP introduit également le critère des "effets de contagion régionale" et du "changement climatique".

"C’est un outil flexible, efficace et facilement applicable. Il permet d’identifier les poches de fragilité et de trouver les réponses appropriées pour renforcer la résilience. Je suis convaincu que cela apportera une réelle valeur ajoutée à notre commerce", a ajouté Tapsoba.

En plus de choisir la migration comme thème de la troisième édition, la Banque collabore étroitement sur ce sujet avec l'Union africaine, la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA), la société civile africaine et le monde des affaires. du continent.

Le président de la banque, Akinwumi Adesina, est membre du groupe de haut niveau sur les migrations, présidé par l'ancienne présidente du Libéria, Ellen Johnson Sirleaf, aux côtés de 15 autres personnalités, dont le secrétaire général du Libéria. CEA, Vera Songwe et l’ancienne Premier ministre du Sénégal, Aminata Touré.

La Banque a également lancé le programme " Des emplois pour les jeunes en Afrique "(Https://bit.ly/2RJf445) qui vise à fournir des opportunités d'emploi, en particulier dans le secteur agricole, à la jeunesse africaine et à éviter de céder à tout prix aux sirènes de la migration.

"L'avenir de la jeunesse africaine n'est pas au fond de la mer Méditerranée; il est ici sur le continent", répète Akinwumi Adesina, président de la Banque.

Plus de 300 participants ont pris part en 2018 à la deuxième édition du Forum africain pour la résilience (https://bit.ly/2WRzJGH), dont le thème principal était "Construire la résilience au bas de l'échelle".

Encore plus de participants sont attendus à l'édition 2019 des FAR, en raison des débats en cours sur les flux migratoires en Afrique, en Europe, aux États-Unis et dans le reste du monde, mais aussi l'occasion de leur trouver des solutions consensuelles et durables.

Distribué par le groupe APO pour le groupe de la Banque africaine de développement (BAD).

Contact presse:
Aristide Ahouassou
a.ahouassou@afdb.org
Tel: +225 77-306-777

À propos du groupe de la Banque africaine de développement:
Le groupe de la Banque africaine de développement (BAD) (www.AfDB.org) est la principale institution de financement du développement en Afrique. Il comprend trois entités distinctes: la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds africain de développement (FAD) et le Fonds fiduciaire pour le Nigéria (FSN). Présente sur le terrain dans 37 pays africains et avec un bureau extérieur au Japon, la BAD contribue au développement économique et au progrès social de ses 54 États membres régionaux.

Pour plus d'informations : www.AfDB.org

Groupe de la Banque africaine de développement (BAD)
Télécharger le logo

Africanews fournit aux lecteurs le contenu fourni par le groupe APO. Africanews n'apporte aucun
changer à ce contenu.