L'Algérie exportera de l'essence en Afrique et en Europe d'ici 2022

      Commentaires fermés sur L'Algérie exportera de l'essence en Afrique et en Europe d'ici 2022

Le ministre algérien de l'Énergie, Mustapha Guitouni, a déclaré dimanche après-midi à Skikda que "l'Algérie exportera de l'essence sur les marchés d'Afrique et d'Europe d'ici 2022".

Lors de sa visite de travail dans cette wilaya, le ministre a souligné qu '"avec l'avènement de 2022, l'Algérie atteindra l'autosuffisance dans ce domaine avec une production de 15 millions de tonnes correspondant à la qualité annuelle consommée par le pays".

M. Guitouni a souligné que l'Algérie importait actuellement 2 milliards de dollars pour combler le déficit de cette zone, assurant ainsi la mise en service de la raffinerie de Sidi Rezine (Alger) en un mois, en plus de celles de Skikda et d'Arzew production à 13 millions de tonnes.

Le ministre a également annoncé le lancement "prochainement" de la réalisation des raffineries de Hassi Messaoud (Ouargla) et Tiaret a appelé à couvrir le déficit du marché national de l'essence et à exporter le surplus de 2022 vers les marchés européen et africain.

En réponse à une question de l'APS sur l'énergie solaire, le ministre a déclaré que "l'Algérie s'emploie à produire 22 000 mégawatts d'énergie solaire d'ici 2030", indiquant que depuis 2011, l'Algérie a produit 400 mégawatts de cette énergie. énergie.

M. Guitouni a ajouté que la commission de réglementation du ministère de l'Énergie avait lancé un appel d'offres pour la production de 200 mégawatts. Sonelgaz produirait 50 mégawatts afin de réduire l'utilisation de diesel au Sahara, tandis que 150 mégawatts seraient produits par les sociétés nationales .

Le ministre a également révélé, dans ce contexte, que 70 sociétés nationales ont retiré à cet effet le mandat, estimant qu '"il est inacceptable que l'Algérie continue d'importer des panneaux solaires", d'autant que cette activité, at-il ajouté, ne générera pas moins de 700 000 emplois d’ici 2030.

Lors de son inspection du complexe de liquéfaction de gaz naturel dans la zone pétrochimique Skikda du groupe Sonatrach, Guitouni a déclaré que l’Algérie est responsable de 10% de la production mondiale de gaz chargé enrichi en hélium, ce qui la place à la troisième place. , après les États-Unis et le Qatar avec 163 millions de normo m3 de ce matériau / an.

Des instructions fermes ont été données pour démarrer les travaux de quatre usines de dessalement d'eau de mer à Zeralda d'une capacité de 300 000 m3 / jour, à El Tarf (300 000 m3 / jour), à Bejaia (70 000 m3 / jour, extensibles à 100 000 m3 / jour) et à Guerbes (Skikda). d'une capacité de 70 000 m3 / jour, dont 20 000 m3 destinés au complexe de phosphates situé à l'est de la wilaya et les 50 000 m3 restants pour l'alimentation en eau potable. Ces futures stations viendront s’ajouter aux 11 stations déjà opérationnelles.

Le ministre a inauguré, dans la petite zone industrielle, le projet de rénovation et d'extension du centre de buthan de bouteilles de gaz butane Naftal, en proie en janvier 2016 à un incendie. L’opération, d’un coût de 1,7 milliard de DA, porte la capacité du centre à 17 000 bouteilles / jour, dont le surplus sera exporté vers la Tunisie, selon les explications données sur le site.

M. Guitouni a également inspecté l'usine et la raffinerie de pétrole de la zone pétrochimique, après avoir présidé la mise en service d'un projet visant à connecter 721 ménages du village de Zaouia, dans la commune de Benazouz, au réseau de gaz naturel.

Source: APS