Le développement durable est l’objectif de la coopération sino-africaine, estime un diplomate chinois

      Commentaires fermés sur Le développement durable est l’objectif de la coopération sino-africaine, estime un diplomate chinois
Par :  |  Mots clés : CôteIvoire,Chine,Afrique
French.china.org.cn | Mis à jour le 23-11-2018

L’objectif de la coopération sino-africaine est le développement durable, à travers l’amélioration de l’environnement économique et la réduction de la pauvreté sur le continent grâce aux investissements et aux financements chinois, a estimé jeudi l’ambassadeur de Chine en Côte d’Ivoire, Tang Weibin.

“Les investissements et financements chinois ont effectivement amélioré l’environnement économique des pays africains et ont contribué à la réduction de la pauvreté des populations locales”, a-t-il dit à Abidjan.

Le diplomate chinois s’exprimait à l’occasion d’une conférence sur les perspectives des relations ivoiro-chinoises et la politique de réforme et d’ouverture de la Chine organisée à l’Université Félix Houphouët-Boigny.

Devant plusieurs centaines d’étudiants de la plus grande université ivoirienne, M. Tang a battu en brèche les “imaginations ou spéculations” accusant la Chine de pratiquer le “néocolonialisme” et d’enfermer les pays africains dans un “piège du surendettement” avec ses prêts.

“La Chine ne pratique ni l’expansionnisme ni le colonialisme et quand elle donne des prêts, développe sa coopération avec les pays africains, elle considère prioritairement les besoins de l’Afrique”, a-t-il assuré.

Pour Tang Weibin, les prêts chinois sont comme une “transfusion de sang” pour les Etats africains en manque de financement et “l’endettement préoccupant” de certains d’entre eux est dû aux problèmes accumulés et issus d’un ordre économique international “injuste et illégal”.

“La solution à ces problèmes, c’est le développement durable, ce qui est exactement l’objectif de la coopération sino-ivoirienne”, a-t-il dit.

Pour le conférencier, “les actions parlent plus que les paroles”. Depuis 2015, la coopération sino-africaine a permis, entre autres, à l’Afrique de réaliser plus de 200 projets d’infrastructures, d’avoir plus de 30.000 kilomètres de route, de former plus de 200.000 professionnels dans divers métiers et de créer plus de 900.000 emplois sur le continent.

“La Chine est restée le premier partenaire commercial de l’Afrique pendant neuf années consécutives avec des échanges qui ont atteint 170 milliards de dollars en 2017”, a souligné l’ambassadeur de Chine pour qui son pays et l’Afrique sont des “partenaires sincères sur la route du développement”.

A en croire Tang Weibin, la Chine s’en tient toujours au “dialogue d’égal à égal, respecte la volonté et les besoins réels des pays africains et n’impose pas de conditions politiques”.

“Voici la plus grande particularité de la politique chinoise à l’égard de l’Afrique”, a-t-il souligné.

Aux étudiants, M. Tang a donné la recette de la réussite de la Chine qui est “passée du stade de la pauvreté à celui du redressement et d’une certaine prospérité”, de sorte que “1,3 milliard de Chinois vivent désormais avec une aisance moyenne”.

Selon lui, le succès de la Chine est étroitement lié aux deux mots “réforme et ouverture” dont la politique a été mise en place dès 1978.

“La réforme, c’est instaurer une économie de marché et l’ouverture, c’est d’ouvrir la porte de la Chine et l’intégrer dans l’économie mondiale”, a-t-il expliqué.

Cette politique a permis à la Chine de recevoir en masse des investissements directs étrangers (IDE) orientés vers la construction d’infrastructures et de projets industriels, de s’aligner sur les règles internationales du commerce et de continuer à ouvrir ses portes au monde.

Pour le diplomate, au bout du compte, la raison fondamentale de la réussite de la Chine, c’est qu’elle a trouvé “une voie de développement adaptée à ses réalités nationales”, qu’elle a emprunté “la voie du socialisme aux couleurs chinoises”.

“Si la Chine a réussi aujourd’hui, c’est parce qu’elle s’est frayée de façon indépendante et autonome son propre chemin, qu’elle a trouvé la voie de développement adaptée à ses réalités nationales”, a-t-il insisté.

“Fondamentalement, la voie chinoise est une voie marquée par des interactions mutuellement bénéfiques entre la Chine et le monde, par le développement partagé via la coopération gagnant-gagnant pour la création d’une communauté de destin pour l’humanité”, a conclu l’ambassadeur de Chine en Côte d’Ivoire.

.