Mali: l’aide internationale, un moyen de pression limité sur le processus électoral

0
2

Au chevet du Mali depuis plusieurs années, la communauté internationale suivra avec intérêt le second tour de l’élection présidentielle de dimanche, mais le déroulement du vote pèsera au final peu sur l’avenir des milliards de dollars d’aide que perçoit Bamako, selon des diplomates.

Bruxelles, Paris ou encore Washington refusent de dire quelles sont les lignes rouges à ne pas franchir par ce pays, toujours confronté à la menace jihadiste et dont l’évolution pèsera sur l’ensemble du Sahel, et même au-delà.

L’opposant Soumaïla Cissé, qui affronte le président sortant Ibrahim Boubacar Keïta, a dénoncé un « hold-up électoral » lors du premier tour le 29 juillet et appelé les bailleurs étrangers à « prendre leurs responsabilités », jugeant leurs critiques timorées.

L’opposition accuse le pouvoir d’avoir profité de l’insécurité, née des violences jihadistes et ethniques, pour gonfler le résultat du président-candidat, qui nie fermement.

Tout juste le gouvernement a-t-il reconnu que « pour diverses raisons », près de 250.000 électeurs n’ont pas été en mesure de voter dans le Nord et le Centre. 

Mais les accusations de « bourrages d’urnes » et autres fraudes aux procurations ont été balayées par la cour constitutionnelle, à l’impartialité elle aussi mise en cause par l’opposition.

– L’UE rappelée à l’ordre –

Forte d’une centaine d’observateurs sur place, l’Union européenne, premier bailleur international du Mali, a pesé en réclamant la publication des résultats « bureau par bureau ». Et elle a aussi plaidé pour davantage de « transparence » au second tour et un accès garanti à tous les centre de vote. 

Mais elle a été rappelé à l’ordre par la diplomatie malienne, qui a exhorté l’UE à ne pas « entraver le processus électoral ».

Entre les contributions directes de la Commission européenne et celles des États membres, les 28 versent pourtant chaque année au gouvernement malien, pour son bon fonctionnement, autour de 400 millions d’euros, pour un total de projets en cours dépassant les 2 milliards.

« Si vous donnez autant d’argent, envoyez autant d’experts, et qu’au final les autorités maliennes (…) bourrent les urnes pour produire une autorité illégitime qui va encore perpétuer le même système d’insécurité, ce serait ne pas être honnête auprès des contribuables européens », enrage l’activiste et animateur de radio Ras Bath, particulièrement influent auprès de la jeunesse.

« Se taire, c’est se rendre complice ! », affirme le virulent tribun, soutien déclaré à M. Cissé.

Vu « le timing serré » avec l’élection, l’UE « ne désire pas s’exprimer » actuellement sur les conditions et indicateurs qu’elle fixe à Bamako pour son aide, a fait savoir un responsable.

Même silence de la France, puissant soutien du Mali, dont l’ambassade n’a pas répondu aux multiples demandes de l’AFP sur le sujet. Les États-Unis ont pour leur part seulement détaillé leurs domaines d’interventions (sécurité et éducation notamment), refusant de préciser les conditions qui y sont liées.

Outre l’UE, la Banque mondiale, la Banque africaine de développement et le Canada sont les seuls organisations et États à financer directement le budget de fonctionnement du gouvernement du Mali, l’un des pays les plus pauvres de la planète.

– « Grosse catastrophe » –

Avec 85 millions d’euros versés chaque année, dont environ 10% directement à l’État malien, en santé et éducation, Ottawa mène ici l’un de ses « plus larges projets de développement au monde », relève son ambassadeur, Louis Verret.

Mais puisque « certaines régions sont difficilement sécurisables » en raison des violences, « on sait que ce ne sera pas des élections parfaites, mais elles doivent être acceptables et démocratiques », résume le diplomate, rappelant que le Canada avait suspendu son aide bilatérale en 2012 après le coup d’Etat militaire.

« Il faut une grosse catastrophe comme un coup d’État pour stopper les versements », confirme un diplomate occidental souhaitant garder l’anonymat.

Cette source admet tout de même que « des indicateurs de bonne gouvernance ne sont pas atteints » et que certaines sommes ont été suspendues car « il reste des progrès à faire pour le Mali ».

Acteur incontournable, l’ONU dépense chaque année un milliard de dollars dans sa mission de maintien de la paix (Minusma), sa plus importante sur la planète. 

Aux côtés de cette force policière et militaire, l’agence des Nations unies pour le développement (PNUD) débourse annuellement 40 millions de dollars pour notamment aider à la « restauration de l’autorité de l’État ». 

Mais cette année, à la demande de Bamako, elle n’a joué qu’un rôle mineur dans l’organisation de la présidentielle, contrairement à 2013, dit son directeur au Mali, Aboubacar Koulibaly. 

L’aide du PNUD, explique-t-il, ne requiert « pas de contrepartie spécifique » du Mali. « Car c’est ce que les Etats membres veulent. » 

Laisser un commentaire