Nouveaux projets stratégiques pour le fonds Africa50

      Commentaires fermés sur Nouveaux projets stratégiques pour le fonds Africa50

À ce jour, l'actionnariat de ce fonds compte 25 États africains, dont le Maroc, ainsi que trois institutions bancaires, dont Bank Al-Maghrib.

Africa50, dont le siège est à Casablanca, vient de lancer un mégaprojet énergétique visant à tripler la capacité de la centrale électrique du Congo à 900 MW d'ici 2027. Le Fonds panafricain d'investissement dans les infrastructures soutiendra également le gouvernement de Madagascar dans son ambition de tripler le pays. ; s production d’énergie au cours des cinq prochaines années.

Africa50 s'engage dans de nouveaux mégaprojets. Le Fonds panafricain d'investissement dans les infrastructures, dont le siège est à Casablanca, a signé un mémorandum d'accord avec le gouvernement de la République du Congo. Son objectif est de structurer et de mobiliser le financement nécessaire à l'expansion de la centrale électrique du Congo (CEC). Le projet comprend l’extension de la capacité actuelle de cette centrale à turbine à gaz à court terme de 300 à 450 mégawatts (MW) à 900 MW d’ici 2027. "En collaboration avec les actionnaires actuels de la centrale, Africa50 procédera à un examen des aspects technique, financier et juridique. tout en mettant à profit son expertise en matière de développement de projet et de structuration financière, pour assurer la bancabilité du projet et le préparer à l’investissement ", a déclaré la direction. L’accord stipule que Africa50 pourrait également investir dans le projet avec des partenaires, y compris d’autres institutions de financement du développement et des donateurs du secteur privé. La CEC est une société anonyme à conseil d’administration dont le capital est détenu à 80% par l’État congolais et à 20% par le groupe italien. L’usine fournit près de 60% de l’énergie électrique du Congo. Cette signature intervient après la conclusion l'année dernière d'un mémorandum d'entente entre la République du Congo, la République démocratique du Congo, Africa50 et la Banque africaine de développement pour développer et financer un pont rail-route reliant Brazzaville à Kinshasa. En outre, le fonds et le gouvernement de Madagascar ont convenu qu'Africa50 accompagnera le pays dans son programme énergétique. Son objectif est de tripler la production d'énergie au cours des cinq prochaines années en utilisant une combinaison d'énergies renouvelables et de sources conventionnelles. À cette fin, une délégation d’Afrique50 se rendra à Madagascar
année pour discuter des prochaines étapes pour la réalisation des opportunités d’investissement. Malgré ses vastes ressources naturelles, la capacité totale de production d’énergie de Madagascar est limitée à 400 MW. Ses coûts d'électricité sont ainsi parmi les plus élevés d'Afrique. Le pays souhaite développer sa capacité de production d'électricité abordable pour stimuler la croissance industrielle, la diversification économique et la création d'emplois. À ce jour, l'actif de ce fonds compte 25 États africains, dont le Maroc, ainsi que 3 institutions bancaires: Bank Al-Maghrib, Banque africaine de développement et Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO). Le capital engagé s'élève globalement à plus de 850 millions de dollars, dont 100 millions souscrits par le Royaume, auxquels s'ajoutent 20 millions de dollars investis par Bank Al-Maghrib. Pour rappel, deux sociétés constituent Africa50: la fenêtre de développement de projet et la fenêtre de financement de projet.

.