Partech Africa: une levée de fonds record de 125 millions d'euros pour construire un marché panafricain des technologies

      Commentaires fermés sur Partech Africa: une levée de fonds record de 125 millions d'euros pour construire un marché panafricain des technologies

Avec un objectif initial de 100 millions d'euros, Tidjane Deme et Cyril Collon, les deux associés commandités du fonds Partech Africa, ont procédé à une clôture finale de 125 millions d'euros au second tour, devenant de facto le capital-risque dédié à la technologie la plus importante. start-ups en Afrique sur les tours de financement des séries A et B.

Une clôture avec les principaux prêteurs

Parmi la quarantaine de souscripteurs ayant participé à la clôture se trouvaient plusieurs grands prêteurs traditionnels tels que la Banque européenne d'investissement (BEI), la SFI (membre du groupe de la Banque mondiale), Averroes Finance III (fonds géré). de Bpifrance et Proparco), ainsi que la Banque africaine de développement (BAD), la Banque allemande de développement KfW et enfin la Banque néerlandaise de développement (FMO). "Nous assistons aujourd’hui à la validation de l’opportunité technologique africaine par tous ces prêteurs, qui n’avaient jamais investi dans cette classe d’actifs. Je constate que ce sont des acteurs généralement engagés sur le long terme qui examinent dire: il ya quelque chose à faire et nous voulons participer. La participation de ces donateurs permet également de mettre en évidence l’impact des entrepreneurs africains et nous sommes très fiers d’avoir contribué à positionner la technologie africaine dans leur stratégie ", explique Tidjane Deme.

Les investisseurs privés ne sont pas en reste

Du côté des entreprises, Partech Africa a réussi à intégrer à sa clôture plusieurs grands comptes actifs en Afrique et sur des marchés émergents tels que Orange, Edenred, JCDecaux, Bertelsmann, L'Oréal et les grandes entreprises africaines Axian. "Le marché s'accélère beaucoup plus rapidement que prévu il y a trois ans lorsque nous avons lancé ce projet. L'ambition africaine est aujourd'hui réelle pour tout le monde. Non seulement pour les entrepreneurs africains qui construisent d'incroyables startups, mais aussi pour les entreprises qui voient en l'Afrique perspectives de développement importantes, où la technologie bouleverse beaucoup de pré-carrés et de segments de marché ", avance Cyril Collon et Tidjane Deme pour analyser cet engouement.
Pour remporter des contrats commerciaux et des partenariats stratégiques pour le compte de sociétés du portefeuille, Partech Africa va également créer un centre de développement des affaires dont la mission sera de présenter les nouvelles entreprises africaines aux marchés européen et américain par le biais de la vie quotidienne. Le fonds s'appuiera également sur un pool d'expertise de plus de 25 entrepreneurs performants qui se sont engagés à soutenir une nouvelle génération d'innovateurs par le biais du fonds. "Ce sont des entrepreneurs issus d'écosystèmes africains, européens ou américains, qui ont réussi et qui souhaitent investir en retour pour contribuer à l'émergence d'une nouvelle génération d'entrepreneurs. Certains sont des entrepreneurs dont les entreprises ont été financées par Partech, d'autres non. "

Miser sur les jeunes pousses du Tech

Pour Partech Africa, la thèse d'investissement est restée la même depuis le début de l'aventure qui a débuté en 2016: parier sur les start-ups africaines qui utilisent la technologie pour transformer en profondeur des secteurs en grande partie informels et inefficaces. De l'éducation à la mobilité, de la finance à la logistique et à l'énergie. Ainsi, le premier investissement réalisé par Partech Africa en 2018 (pour un montant de 3 millions de dollars) concernait Trade Depot, une start-up nigériane spécialisée dans la vente au détail en entreprise, qui aide les commerçants informels nigérians – du petit magasin de la rue au centre commercial – gérer leurs stocks et leur logistique de manière très fine. "La technologie agit comme un facilitateur dans de nombreux domaines. Lorsque nous investissons dans Trade Depot, nous savons que cela a un impact stratosphérique sur des dizaines de milliers de commerçants qui deviennent autonomes. "

Partech Africa va signer la même année un deuxième enjeu d'une participation beaucoup plus importante à Yoco. Une fintech sud-africaine qui produit des terminaux de paiement et un logiciel de caisse pour les PME africaines informelles. Cette fois, pour 16 millions de dollars. "Nous croyons fermement que ce sont les entreprises informelles qui composent l'ensemble de l'économie africaine. Cette capacité des nouvelles entreprises à numériser les secteurs informels, à utiliser les données pour structurer les secteurs informels, aura un impact sur l'ensemble de l'économie", prédit Tidjane Deme. Dans la foulée de sa clôture finale, Partech Africa a saisi cette occasion pour annoncer l’inauguration, après Dakar au Sénégal, d’un deuxième bureau africain à Nairobi, avec l’investisseur Ceasar Nyagah, le nouveau gestionnaire d’investissement Partech Africa basé à Kenya. L’ouverture prochaine d’autres bureaux africains n’est pas exclue, même si Partech Africa souhaite enregistrer son expansion sur une longue période. "Nous avons un projet visant à former plus de personnes dans le secteur des investissements en Afrique, cela fait partie de notre ambition", conclut Tidjane Deme. Une vision à très long terme que les deux investisseurs souhaitent concrétiser de manière méthodique en l'inscrivant sur plusieurs années.

* Samir Abdelkrim, fondateur de la plate-forme EMERGING Valley et le cabinet de conseil StartupBRICS, a parcouru une vingtaine d’écosystèmes numériques africains et a tiré un livre intitulé "Startup Lions, au cœur de la technologie africaine".