Perspectives économiques en Afrique: croissance de 3,5% en 2018 avec une prévision de 4 …

      Commentaires fermés sur Perspectives économiques en Afrique: croissance de 3,5% en 2018 avec une prévision de 4 …

La croissance économique en Afrique aura été de 3,5% en 2018 et pourrait atteindre 4% en 2019, selon un rapport de la Banque africaine de développement (BAD) intitulé "Perspectives économiques pour l'Afrique 2019", qui a été présenté le 17 janvier 2019 à l'institution Le siège social est à Abidjan-Plateau.

Selon Hanan Morsy, directrice des politiques, prévisions et recherches macroéconomiques à la BAD, "les économies du continent ont maintenu leur taux de croissance, mais inférieur à celui de la Chine ou de la Chine. L'Inde". Ainsi, dit-elle, "la croissance de l’Afrique devrait être supérieure à celle des autres pays émergents et en développement".

Hanan Morsy a également déclaré que la croissance du continent avait été soutenue par les investissements et les exportations, plutôt que par la consommation, comme auparavant. Ainsi qu'en améliorant l'environnement macroéconomique et une hausse modeste des prix des produits de base.

Selon le rapport, l'Afrique de l'Est mène la croissance avec un PIB estimé à 5,7% en 2018, suivie de l'Afrique du Nord à 4,9%, de l'Afrique de l'Ouest à 3,3%, de l'Afrique centrale à 2,2% et enfin de l'Afrique australe à 1,2%.
Les prévisions pour 2020 dans le même ordre donnent respectivement 6,1%; 4,3%; 3,6%; 3,5% et 2,8%.

Au cours des discussions avec le public, les interventions du vice-président de la BAD, Charles Boamah, du ministre nigérian Alma Oumarou, également conseiller spécial du président Mahamadou Issouffou, puis du ministre de la Planification et de la Coopération de la Guinée ( par vidéoconférence), il a été soutenu que les dirigeants africains bénéficieraient de l'intégration en vue de promouvoir une croissance rapide du continent dans les années à venir.

Pour les orateurs, ont dénoncé une rigidité de la libre circulation des biens et des personnes entre les États africains, l’existence de monnaies différentes, la forte domination des activités informelles, etc. "Tout cela freine la croissance économique du continent. ," ils ont dit.

.