Processus électoral en RDC : la Cirgl et la SADC appellent à l’apaisement

      Commentaires fermés sur Processus électoral en RDC : la Cirgl et la SADC appellent à l’apaisement

Des chefs d’Etat des deux organisations sous-régionales se sont réunis, le 26 décembre à Brazzaville, sur initiative du président congolais, Denis Sassou N’Guesso, et de son homologue namibien, Hage G. Geingob, pour tenter d’atténuer la tension qui prévaut actuellement dans le pays voisin, à trois jours des scrutins reportés au 30 décembre.

Après avoir échangé sur la situation politique et sécuritaire dans les régions des Grands Lacs et de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), les chefs d’Etat ont « réaffirmé l’importance de la paix, de la sécurité et de la stabilité dans ces régions ».

Evoquant l’épineux problème du processus électoral en République démocratique du Congo (RDC), les dirigeants des deux sous-régions ont exprimé leurs préoccupations face aux actes de violence qui ont émaillé la campagne électorale dans certaines localités du pays.

A cet effet, ils ont rappelé la nécessité de mettre en œuvre les différents engagements pris dans le cadre du pacte sur la sécurité, la stabilité et le développement dans la région des Grands Lacs et de l’accord-cadre pour la paix, la sécurité et le développement en RDC et la région des Grands Lacs.

En outre, Ils ont salué l’engagement du processus électoral et l’ouverture de l’espace politique dans ce pays. Aussi ont-ils condamné « fermement » les violences perpétrées dans l’est de la RDC par des groupes armés contre la population civile et les forces de la Mission d’observation des Nations unies.

Les chefs d’Etat ont encouragé « fortement le gouvernement de la RDC à continuer d’assurer la sécurité de tous les candidats engagés dans la campagne électorale ».

Dans le domaine de la santé, la lutte contre l’épidémie d’Ebola s’est également invitée à cette table ronde. Sur ce, les chefs d’Etat ont demandé à la communauté internationale d’apporter son soutien aux autorités du pays, tout en exprimant leur solidarité aux victimes de cette maladie dans la région de Beni.

Des actes de vandalisme perpétrés pendant la campagne électorale, notamment la destruction par un incendie d’une partie du matériel électoral, ont été ardemment condamnés. A l’endroit de la classe politique et de la société civile, les participants à la rencontre de Brazzaville ont lancé un appel à l’apaisement après avoir pris note du report des élections présidentielle, législatives nationales et provinciales.

En cette période sensible, les chefs d’Etat ont « réitéré leur engagement et leur disponibilité à accompagner la RDC ». Pour lier la parole à l’acte, ils ont décidé de dépêcher à Kinshasa, dès ce 27 décembre, une délégation composée des ministres des Affaires étrangères du Congo, représentant la Cirgl ( Conférence internationale sur la Région des Grands Lacs) et de la Zambie, pour le compte de la SADC, afin d’aller rendre compte au président Joseph Kabila Kabange des conclusions du sommet.

Les assises de Brazzaville ont réuni les chefs d’Etat de la Namibie, Hage Geingob, président en exercice de la SADC ; de l’Angola, Joao Laurenço ; du Botswana, Mokgweetsi Masisi ; de la Zambie, Edgar Lungu. Trois pays qui suivent de près la situation en RDC ont été représentés, à savoir le Rwanda par son ministre des Affaires étrangères, l’Ouganda et l’Afrique du Sud par des diplomates.

Pendant que les chefs d’Etat de la Cirgl et de la SADC étaient en conclave, la Commission électorale nationale indépendante  de la RDC a publié un communiqué annonçant le report du vote dans les deux circonscriptions électorales, notamment celles de Beni au Nord-Kivu et de Yumbi dans la province de Maï-Ndombe, en mars 2019, pour des raisons sécuritaires et sanitaires.



Yvette Reine Nzaba
Adiac-Congo / MCP, via mediacongo.net