RDC-Angola: reprise du trafic ferroviaire après 34 ans de suspension

0
16

Le trafic ferroviaire entre la République démocratique du Congo et l’Angola a repris lundi après 34 ans de suspension à cause de l’insécurité, facilitant l’évacuation des matières premières congolaises vers le port angolais de Lobito, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

« Le premier train parti lundi de RDC transportant 50 containers est arrivé au quai de la gare de Luau en province de Moxico (est de l’Angola) après 34 ans » d’interruption de trafic, selon la présidence congolaise.

Il doit poursuivre sa route jusqu’à Lobito, port angolais sur l’océan atlantique.

Cette voie entre Dilolo (sud-est de RDC) et Lobito (ouest de l’Angola) « fait gagner en distance et en temps » pour acheminer « matières premières et autres marchandises d’exportation en provenance du Katanga », région minière du sud-est de la RDC, a déclaré Néhémie Mwilanya, directeur de cabinet du président Joseph Kabila, à la radio onusienne Okapi.

L’axe Dilolo-Lobito est considéré comme la voie d’écoulement de marchandises « la plus compétitive en termes de coût de transport pour le cuivre et le cobalt congolais », a expliqué à l’AFP Ikos Rukal, porte-parole du gouvernement  provincial de Lualaba où est situé Dilolo.

Ce tronçon long de 1.300 km était fermé à cause de l’insécurité au plus fort des activités de la rébellion de l’Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola (Unita) entre 1975 et 2002), mais aussi à cause de la détérioration des infrastructures ferroviaires de part et d’autre de la frontière.

Depuis l’interruption du trafic ferroviaire à l’exportation, le cuivre et le cobalt congolais quittaient la RDC par route en passant par la Zambie sur une distance de 900 km à l’intérieur des frontières nationales.

« Ce qui alourdissait le coût et la durée du transport », a indiqué Me Lambert Djunga, avocat congolais spécialisé dans les mines.

Laisser un commentaire