Restitution d’œuvres d’art à l’Afrique par la France, le Bénin s’en félicite

      Commentaires fermés sur Restitution d’œuvres d’art à l’Afrique par la France, le Bénin s’en félicite

Comment rendre à l’Afrique des milliers d‘œuvres d’art arrivées en France sous la colonisation ? Le président Macron va recevoir vendredi un rapport attendu posant les jalons d’une telle restitution, considérée comme un acte de justice…

Le rapport dresse un inventaire précis des dizaines de milliers d’objets que les colons ont ramené d’Afrique entre 1885 et 1960.

Ses deux auteurs (la Française Bénédicte Savoy et le Sénégalais Felwine Sarr) proposent un changement législatif majeur du code du patrimoine pour permettre des restitutions de collections se trouvant dans les musées français à des États demandeurs.

“Il s’agira pour nous de mettre en place des infrastructures et je peux vous dire que la mise en place de ces infrastructures sont très avancées, on est déjà à l’élaboration des plans architecturaux pour ces lieux-là, il y en a 4 ou 5.”

Le Bénin, qui avait contribué à lancer le dossier avec sa réclamation des statues royales d’Abomey, s’est félicité que “la France soit allée au bout du processus”.

“Le Bénin a besoin de ces biens pour renforcer son économie nationale et pour donner de l’emploi aussi aux gestionnaires du patrimoine culturel, aux conservateurs qui il y en a plein sur le terrain.” Se félicite Happy Gougou, gestionnaire de patrimoine.

Pour que le processus puisse s’enclencher, il faudrait qu’“une demande émane des pays africains concernés, grâce à l’inventaire que nous leur aurons envoyé”. “Une remise solennelle” des listes des biens spoliés devrait avoir lieu.

Des centaines d’objets encore hors d’Afrique

Selon les experts, 85 à 90 % du patrimoine africain seraient hors du continentLe rapport recense “au moins 90.000 objets d’Afrique subsaharienne dans les collections publiques françaises”.

Le Musée du Quai Branly est le plus concerné, avec 70.000 œuvres, dont deux tiers “acquises” durant la période 1885-1960. Soit 46.000 objets potentiellement concernés.

Les pays les plus intéressés sont le Tchad Le Musée du Quai Branly est le plus concerné, avec 70.000 œuvres, dont deux tiers “acquises” durant la période 1885-1960., le Cameroun (7.800) et Madagascar (7.500).

Un rapport qualifié d’historique qui permettra selon des experts à renforcer le patrimoine culturel et touristique du Bénin.

“Le programme d’action du gouvernement béninois aujourd’hui a hissé le tourisme comme priorité des priorité et les projets les plus éloquents, les projets phares sont dans le secteur du tourisme.” Confie Ousmane Aledji, chargé de mission Culture du Président Patrice Talon.

Une restitution qui pourrait causer le problème des contestations territoriales. Plusieurs de ces œuvres appartenaient à des royaumes aujourd’hui disparus.

Selon l’avocat spécialisé Yves-Bernard Debie, opposé aux restitutions, “ce rapport est vicié” et “inopérant” : “Aucun marchand d’art africain ancien n’a été consulté”, reproche-t-il, estimant aussi que la consultation des musées n’a pas été assez approfondie.

AFP